« Nez qui coule, nez bouché,
Tête dans le pâté,
J’aimerais s’il te plait,
Cette année t’éviter. »

Et… non! ça n’a pas raté, mon fils a ramené de la crèche un magnifique rhume totalement contagieux et bim, avec la fatigue des nuits entrecoupées, la pollution et l’hiver tout pourri, au bout de quelques jours de bisous et d’échanges de miasmes, je suis également tombée malade.

Sauf que, STOP, il n’y a absolument pas moyen que je me laisse faire et j’ai utilisé uniquement des produits naturels. Et ce fut hyper efficace! En 3 jours, bim bam boum, plus rien! 🙂

Mon plan d’action (dès le moindre petit nez ou gorge qui pique, qui coule) en mode opération cobra :
1- tisane de thym-romarin à base de 4 ou 5 tasses par jour (herboristerie, plantes du jardin, magasin bio).
2- 3 gouttes de HE de ravintsara, 3 fois par jour dans une petite cuillère de miel.
3- en homéopathie, 4 granules 4 fois par jour de DROSERA COMPOSE
4- mouchage avec un spray marin (détail dégoûtant : on laisse bien descendre le liquide dans l’oesophage histoire que ça nettoie tout le circuit).
5- on allège l’alimentation : fruits-légumes-bouillons à gogo mais arrêt des protéines et des féculents quelques jours.
6- diffusion d’HE d’eucalyptus-thym-menthe poivrée dans la maison (spray, diffuseur ou sur un radiateur) pour désinfecter et assainir.

Pourquoi pas les médicaments de l’industrie pharmaceutique?
Pourquoi faire appel à des molécules chimiques aux effets iatrogènes plus ou moins reconnus quand on peut faire naturel, efficace et absolument vertueux pour la santé?
Plusieurs articles sont sortis dans des magasines scientifiques puis grands publics pour dénoncer la dangerosité des médicaments en vente libre dans les pharmacies mais je ne suis pas sure que ça ait fait baissé le chiffre des ventes… Pourtant, outre les grooos soucis que ça peut apporter, leur efficacité est totalement remise en cause par les médecins…

Manifestement, le plus dangereux est de les associer entre eux. Les substances de ces médicaments exposent à des troubles du rythme cardiaque, des hypertensions artérielles, des infarctus, des accidents vasculaires cérébraux… Tout ça pour soigner un rhume????

Je vous fait un petit copier-coller d’un « Sciences et Avenir » :

14 MÉDICAMENTS À ÉVITER OU À PROSCRIRE
– Humex Lib®, Drill Rhume® et Fervex sans sucre® : ces médicaments contiennent des antihistaminiques, contre-indiqués dans certains glaucomes et en cas de troubles urinaires d’origine prostatique. Ils exposent également à des risques de somnolence.
– Actifed Rhume jour et nuit®, Humex Rhume®, DolirhumePro®, ActifedRhume®, Dolirhume®, et Rhumagrip® : contenant de la pseudoéphédrine, à effet vasoconstricteur, ils « exposent à des risques d’AVC ou neurologiques sévères ». Ils seraient trop risqués pour un simple rhume.
– Rhinédrine rhume®, Hexarhume® : l’Hexarhume est inutile et peut aussi être risqué pour la santé. Cet antihistaminique d’ancienne génération contient aussi un vasoconstricteur et un antispetique « irritant et allergisant ».
– RhinAdvil rhume®, Nurofen rhume®, Rhinureflex® : contenant de l’ibuprofène, ils peuvent provoquer des troubles digestifs, des ulcères à l’estomac ou des troubles dermatologiques.

Alors du coup, j’espère que vous aurez compris que vous pouvez faire plein d’autres choses que d’aller à la pharmacie lorsque vous sentez se rapprocher l’ombre d’un éternuement.

Et pour les femmes enceintes, l’homéopathie et du repos, c’est tout. Les huiles essentielles ne sont pas autorisées.

Si vous avez testé d’autres techniques et que vous les dégainez dès que l’hiver arrive, n’hésitez pas à partager!

A bientôt

Leave a Comment

Your email address will not be published. Marked fields are required.